Six mois d’attente pour des soins médicaux spécialisés au Canada

Six mois d’attente pour des soins médicaux spécialisés au Canada
23 novembre 2016 14h38 |Agence France-Presse | Santé

À partir de la prescription délivrée par un médecin généraliste, un malade doit attendre en moyenne 20 semaines pour être traité en milieu hospitalier ou par un médecin spécialiste.
Les malades au Canada doivent attendre en moyenne près de six mois pour recevoir un traitement approprié, deux fois plus qu’il y a vingt ans, selon une étude publiée mercredi.

« L’attente pour les soins est devenue une caractéristique de la santé canadienne », a indiqué le centre de réflexion libéral Fraser Institute dans son étude annuelle à partir de données recueillies auprès des médecins spécialistes.

Cette année, à partir de la prescription délivrée par un médecin généraliste, un malade doit attendre en moyenne 20 semaines pour être traité en milieu hospitalier ou par un médecin spécialiste. En 1993, ce temps d’attente moyen était de neuf semaines, selon cette étude.

Les délais d’accès aux soins ou aux traitements sont aussi très disparates selon les spécialités, avec en moyenne près d’un an (11 mois) pour des actes de neurochirurgie.

Pour les soins en oncologie, un malade au Canada est pris en charge en moyenne en un peu moins de quatre semaines.

Ces difficultés d’accès aux soins dans des délais raisonnables apparaissent dès l’obtention d’un rendez-vous avec un médecin spécialiste après le passage obligé chez son généraliste. De quatre semaines en 1993, il faut maintenant patienter environ dix semaines, selon le Fraser Institute.

Le recours à des outils de diagnostic plus précis peut aussi être long avec par exemple, près de trois mois pour passer une IRM (Imagerie par résonance magnétique).

Soins à l’étranger

Avec des délais aussi longs, les Canadiens privilégient parfois les soins à l’étranger. Dans une étude l’an dernier, le même centre de réflexion Fraser, avait estimé que plus de 50 000 personnes étaient allées se faire soigner à l’étranger, souvent en combinant un séjour touristique.

Montréal avait d’ailleurs accueilli l’an dernier le premier Salon du tourisme médical, principalement tourné vers des pays d’Amérique centrale ou même Cuba, destination prisée des Canadiens.

Source : Le devoir.com
http://www.ledevoir.com/societe/sante/485406/pour-les-soins-au-canada-il-faut-prendre-son-mal-en-patience-etude

Nos derniers tweets:

Sur FaceBook :

RSS