READAPTATION PHYSIQUE

READAPTATION PHYSIQUE
Une grande réorganisation des services à Montréal
29 juin 2016 |Amélie Daoust-Boisvert | Santé

Les 18 lits du centre Lucie-Bruneau seront notamment fermés.

Le réaménagement des services de réadaptation physique à Montréal entraînera des bouleversements pour de nombreux patients.

Après des mois de rumeurs et d’inquiétude parmi patients et employés, le CIUSSS du Centre-Sud de Montréal a confirmé que trois des dix programmes du Centre de réadaptation Lucie-Bruneau seront transférés plus à l’ouest, à l’Institut Gingras-Lindsay. De plus, tous les services de l’Institut Raymond-Dewar, qui s’adressent notamment à la clientèle sourde, malentendante et sourde-aveugle, doivent déménager, puisque la bâtisse de la rue Saint-Denis a été mise en vente.

Nathalie Charbonneau, directrice adjointe du continuum en déficience physique au CIUSSS du Centre-Sud de Montréal, confirme que les programmes du centre Lucie-Bruneau pour les blessés à la moelle épinière, les traumatisés crâniens et les blessés orthopédiques seront désormais entièrement offerts à Gingras-Lindsay. Ce sont 15 % des patients du centre qui seront touchés. Comme les patients étaient souvent hospitalisés à Lindsay-Gingras avant d’être suivis en externe à Lucie-Bruneau, Mme Charbonneau estime que la décision était logique et permettra de suivre un certain « continuum » de soins.

Économies

Les 18 lits du centre Lucie-Bruneau seront aussi fermés, et seulement une dizaine seront rouverts à Gingras-Lindsay, reconnaît-elle. « Le taux d’occupation est d’environ 50 %, avec les économies générées nous allons pouvoir réinvestir dans les services », assure-t-elle.

Par effet de domino, des espaces seront libérés pour accueillir certains des services de l’Institut Raymond-Dewar, qui doit quitter ses locaux actuels. D’autres services seront déménagés dans l’est de la ville, sur Radisson, dans des locaux que le réseau doit récupérer et qui sont actuellement occupés par des organismes communautaires.

Ces multiples déménagements doivent se faire en 2017 et 2018.

« Il va y avoir des inconvénients, reconnaît Mme Charbonneau, mais nous cherchons des mesures atténuantes avec nos équipes. »

Le CIUSSS affirme avoir pris ces décisions dans l’optique d’avoir le moins d’impacts négatifs possible sur les patients. « Nous avons sondé les gestionnaires, les intervenants et les usagers, explique Mme Charbonneau. Pour chaque programme, nous avons regardé d’où venaient les patients, comment ils se déplaçaient pour atténuer les inconvénients. »

Soulagement partiel

Partiellement soulagé après avoir craint que la majorité des programmes soient évincés du centre Lucie-Bruneau, Laurier Courtemanche n’en est pas moins préoccupé. Le président du syndicat des techniciens et des professionnels de la santé et de services sociaux du centre voit venir les prochains mois avec appréhension. « Environ 40 employés devront changer de milieu, évalue-t-il. Nous sommes aussi préoccupés par les distances que les patients devront parcourir. »

Les bouleversements sont encore plus importants pour les patients et employés de l’Institut Raymond-Dewar, qui occupent des locaux plus que centenaires de l’ancienne Institution des sourdes-muettes. Les services seront dispersés sur deux sites. « C’est toute une histoire qu’on quitte », dit Alain Martel. Le président du syndicat du personnel de l’institut affirme qu’au-delà du déménagement, les craintes concernent surtout la pérennité des services dans un contexte de compressions budgétaires. « Nous avions l’avantage d’être une petite entité qui n’avait jamais été fusionnée, nous sommes maintenant dans une immense structure. Et dans tout ça, nous subissons des compressions depuis cinq ans », rappelle-t-il.
Source : Le devoir.com
http://www.ledevoir.com/societe/sante/474448/readaptation-physique-une-grande-reorganisation-des-services-a-montreal

Nos derniers tweets:

Sur FaceBook :

RSS