Les aliments qui traînent sur le comptoir permettent de prédire le poids des habitants de la maison

La Presse Canadienne

MONTRÉAL Les aliments qui traînent sur le comptoir permettent de prédire le poids des habitants de la maison, ont constaté des chercheurs de l’université Cornell qui ont photographié 200 cuisines américaines.
La nouvelle étude a déterminé que les femmes qui laissent des céréales pour petit déjeuner traîner sur le comptoir pesaient en moyenne neuf kilos de plus que leurs voisines chez qui cela n’était pas le cas.

Le surplus de poids atteignait 11 kilos chez les femmes qui laissaient traîner des boissons gazeuses.

En revanche, les femmes qui laissaient traîner un bol de fruits pesaient en moyenne six kilos de moins que les autres.

L’auteur de l’étude, le professeur Brian Wansink, a qualifié le tout de « See-Food Diet » : on mange ce qu’on voit. Il s’est dit particulièrement étonné par l’association avec les céréales pour petit déjeuner, qui sont souvent présentées comme étant des aliments bons pour la santé.

Si M. Wansink met en garde contre les conclusions que l’on pourrait tirer de son étude, il admet qu’on n’aurait rien à perdre à ne laisser traîner sur le comptoir que des fruits.

Les conclusions de cette étude seront publiées sous peu par le journal scientifique Health Education and Behavior

Nos derniers tweets:

Sur FaceBook :

RSS