Des chirurgiens invités à voir moins de patients

LISTES D’ATTENTE
Des chirurgiens invités à voir moins de patients
29 novembre 2016 |Amélie Daoust-Boisvert | Santé

Des 96 000 personnes en attente d’une chirurgie au Québec, 14 500 patientent depuis plus de 6 mois et 1000 depuis plus d’un an, selon le MSSS.

Pour éviter des pénalités à leur établissement, des médecins sont incités à voir moins de nouveaux patients qui iraient s’ajouter aux statistiques et nuiraient à l’atteinte des cibles ministérielles en chirurgie, qui stipulent qu’un patient ne devrait pas attendre plus de 28 jours dans le cas des cancers et un an dans les cas non urgents.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, ne croit pas pour sa part que les hôpitaux ou les médecins soient tentés de manipuler les listes d’attente pour mieux paraître aux yeux de son ministère. Il annonçait d’ailleurs lundi un nouveau financement de 20 millions en chirurgie pour éliminer l’attente indue. L’octroi de ces sommes doit permettre la réalisation de plus de 22 400 opérations, alors que 14 500 Québécois attendent une intervention depuis plus de 6 mois. Les établissements devront prouver qu’ils sont performants, y compris dans la diminution de l’attente, pour toucher leur part, a précisé le ministre.

La pression était déjà présente avant cette annonce. Dans un courriel rédigé fin octobre et obtenu par Le Devoir, un chef d’un service de chirurgie avertit les chirurgiens de son établissement de gérer adéquatement leurs listes d’attente pour ne pas nuire à l’atteinte des cibles. « Cela veut dire limiter le nombre de nouveaux patients que vous voyez, parce que c’est le principal facteur qui détermine qui a besoin d’une chirurgie », avertit-il.

Si les listes s’allongent et que les cibles ne sont pas atteintes, « le gouvernement pourrait pénaliser l’établissement plutôt qu’octroyer des ressources supplémentaires », peut-on encore lire dans ce courriel.

Interrogée par Le Devoir à ce sujet, la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) avançait lundi que les établissements subissent beaucoup de pression pour atteindre les cibles en chirurgie. Au point d’être tentés de manipuler les listes d’attente ? « C’est une excellente question, répond sa présidente, la Dre Diane Francoeur. Les établissements sont créatifs et la menace les chatouille. Tout le monde craint le ministre. »

Alors que « le patient le plus malade devrait passer en premier », dit la Dre Francoeur, pour redorer les statistiques, « il est en effet possible qu’il y ait des incitatifs à voir moins de patients, ou à passer les petits cas rapides pour augmenter la moyenne au bâton », illustre-t-elle. La FMSQ précise ne pas cautionner de telles pratiques. « De notre côté, on dit aux chirurgiens de continuer à voir des patients. Il y en a qui n’ont pas besoin de chirurgie qu’on pourra rassurer, et d’autres qui pourront être mis en attente pour leur intervention. »

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, dans un bref entretien avec Le Devoir lundi, a affirmé qu’il ne croyait pas que des médecins ou des hôpitaux limitent le nombre de patients vus pour éviter d’allonger les listes d’attente et compromettre l’atteinte des cibles que son ministère fixe.

Faute de possibilités de les traiter rapidement, des chirurgiens ont parfois « individuellement l’obligation morale » de voir moins de patients, croit le ministre. Ces patients devraient en fait être envoyés chez un confrère dans de pareils cas, précise-t-il. « J’invite la population à magasiner » son chirurgien, a-t-il dit, puisque les temps d’attente peuvent varier considérablement.

Un réinvestissement pour accélérer la cadence

Le ministre Gaétan Barrette était d’ailleurs fier d’annoncer lundi que 18 salles d’opération modernes, mais actuellement fermées, devraient revoir de l’activité entre leurs murs. L’annonce avait lieu à l’Hôpital général juif (HGJ), qu’il présente comme un modèle à suivre.

Avec 20 millions de dollars récurrents, les hôpitaux doivent pouvoir réaliser 22 444 chirurgies supplémentaires par an. Ces sommes doivent servir à payer le personnel nécessaire, en sus des médecins.

Des 96 000 personnes en attente d’une chirurgie au Québec, 14 500 patientent depuis plus de 6 mois et 1000 depuis plus d’un an, selon le MSSS.

L’obtention du financement supplémentaire par les établissements est assortie de certaines conditions, a bien averti le ministre. Ils devront d’abord ouvrir les salles d’opération supplémentaires et commencer à opérer des patients pour recevoir le financement.

Le ministre s’attend aussi à ce que les établissements « s’engagent » à atteindre les cibles de Québec en matière de temps d’attente.

Il a exprimé le souhait que les établissements se rapprochent de la cible plus ambitieuse de six mois d’attente maximum pour les chirurgies non urgentes. « Je crois que c’est possible », a-t-il dit.

La FMSQ, bien qu’elle se réjouisse de cet investissement-surprise, se demande pour sa part si l’enveloppe suffira à atteindre la cible, jugée ambitieuse. Selon les chiffres du MSSS, une heure au bloc opératoire coûte en moyenne 1373 dollars. Avec 20 millions pour 22 444 cas, c’est 891 dollars par cas que Québec budgète. Or, selon la Dre Diane Francoeur, la majorité des chirurgies nécessitent au moins une heure. Elle doute aussi que les salles qui seront ouvertes puissent fonctionner « à toute vapeur » et réaliser 1240 cas par an comme le calcule le MSSS. « Il y a toujours des imprévus, comme des césariennes et des greffes, qui viennent bousculer les horaires des salles d’opération », rappelle-t-elle.

Source : Le Devoir.com
http://www.ledevoir.com/societe/sante/485850/listes-d-attente-medecine-comptable

Nos derniers tweets:

Sur FaceBook :

RSS