Les fabricants de médicaments génériques veulent négocier avec Québec

Les fabricants de médicaments génériques veulent négocier avec Québec
Le déplafonnement des ristournes aux pharmaciens aurait des conséquences négatives sur l’industrie du générique
19 janvier 2016 |Jessica Nadeau | Santé

L’industrie du médicament générique représente des retombées économiques directes et indirectes de 843 millions par année.
L’Association canadienne du médicament générique veut négocier avec Québec pour éviter le déplafonnement des ristournes versées aux pharmaciens. L’industrie se dit prête à payer davantage, mais demande de maintenir un « encadrement raisonnable ».
« Si le gouvernement va de l’avant avec un déplafonnement complet, ça va être le free for all », prévient le président de l’Association, Jim Keon.

Ce dernier dénonce la décision de Québec de déplafonner les allocations professionnelles pendant trois ans pour compenser les coupes de 400 millions de dollars imposées aux pharmaciens, comme cela est prévu au projet de règlement publié dans la Gazette officielle le 23 décembre dernier.

Non content de la qualité de l’analyse d’impact économique réalisée par le ministère de la Santé, l’association a commandé sa propre étude pour tenter d’infléchir la position gouvernementale.

« Le gouvernement a indiqué que l’impact sur l’industrie serait assez négligeable, mais nous pensons que ce n’est pas le cas », affirme Jim Keon. Selon l’étude d’Aviseo Conseil, qui fait une quarantaine de pages, un déplafonnement « pourrait avoir un impact négatif direct sur la rentabilité des fabricants de médicaments génériques ».

Pertes d’emplois
La firme estime que l’industrie du médicament générique représente des retombées économiques directes et indirectes de 843 millions par année et fournit « plus de 4100 emplois de qualité » au Québec.

Les analystes sont toutefois incapables de chiffrer l’ampleur des pertes attendues puisque personne ne sait combien les pharmaciens pourraient exiger des fabricants en cas de déplafonnement. On a déjà vu des ristournes allant jusqu’à 80 % dans certaines provinces canadiennes, rappellent les auteurs.

Cette perte de profitabilité se traduirait fort probablement par une diminution de la production des médicaments génériques, moins de recherche et développement, des coupes dans les frais d’exploitation et une délocalisation de plusieurs usines installées au Québec, provoquant des pertes d’emplois.
« Au-delà d’un impact important sur la santé économique d’une industrie phare au Québec, un tel déplafonnement pourrait donner lieu à des conséquences additionnelles dommageables pour le système de santé », ajoutent les auteurs.

Négociations
Avec cette étude, l’Association espère convaincre le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, de reculer sur le déplafonnement. « L’industrie a besoin de stabilité, affirme le président Jim Keon. Notre préférence serait d’augmenter le plafond plutôt qu’un déplafonnement complet. On espère avoir l’occasion de négocier avec le gouvernement et les pharmaciens. »

Il refuse de dire quel pourcentage serait « raisonnable », mais estime qu’on pourrait augmenter le plafond de manière à combler le manque à gagner des pharmaciens de 400 millions sur trois ans.
Au cabinet du ministre de la Santé, on refuse de commenter le dossier, affirmant que « des discussions sont en cours ».
Source : Le Devoir.com
http://www.ledevoir.com/societe/sante/460583/les-fabricants-de-medicaments-generiques-veulent-negocier-avec-quebec


Nous contacter Écrivez-nous vos questions et commentaires à partir du formulaire ci-bas :

Nos derniers tweets:

Sur FaceBook :

RSS